Formation

Formation initiale

chapeauFormation initiale :

Il existe de nombreuses formations en alternance dans les métiers de la chaudronnerie, de la tuyauterie et et de la maintenance Industrielle. L’alternance offre de multiples avantages. Tout en suivant une formation technique, elle permet à l’élève d’acquérir une première expérience professionnelle. Les formations en alternance sont très prisées par les employeurs.

Il existe deux types de contrats de formation en alternance : Le contrat de professionnalisation et le contrat d’apprentissage


Contrat de professionnalisation :

Objectif

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail qui a pour objectif de favoriser l’insertion ou la réinsertion en associant en alternance une formation dans l’entreprise et un enseignement dispensé dans un Centre de formation.

Il doit permettre l’obtention d’un diplôme, d’un titre homologué, d’un certificat de qualification professionnelle ou d’une qualification reconnue.

Un tuteur peut être désigné par l’Employeur pour accueillir et guider les salariés dans l’entreprise.

Contrat d’apprentissage :

Objectif

L’apprentissage est une filière de formation qui permet de valider une formation diplomante tout en étant déjà un professionnel salarié en entreprise.

L’apprentissage a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l’obligation scolaire, une formation générale, théorique et pratique, en vue de l’obtention d’une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique, un titre d’ingénieur ou un titre répertorié.

La formation en apprentissage est dispensée les plus généralement dans les CFA (Centres de Formation d’Apprentis) et s’effectue en alternance.


Public concerné :

  • Aux jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus, sans qualification professionnelle ou voulant compléter leur formation initiale, quel que soit le niveau.
  • Aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus, dès leur inscription à l’ANPE, lorsqu’une professionnalisation s’avère nécessaire pour favoriser le retour à l’emploi.

Public concerné :

  • Aux jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus, sans qualification professionnelle ou voulant compléter leur formation initiale, quel que soit le niveau.
  • Des dérogations à ces limites d’âge sont possibles. L’apprentissage « junior », mis en place par la loi du 31 mars 2006 « pour l’égalité des chances » à compter de la rentrée 2006.

Type de contrat :

Le contrat de professionnalisation peut être mis en œuvre selon deux modalités :

  • Soit dans le cadre d’un contrat à durée déterminée de 6 à 12 mois (contrat de professionnalisation)
  • Soit dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée débutant par une action de professionnalisation de 6 à 12 mois (action de professionnalisation).

Cette durée peut être portée à 24 mois dans certaines circonstances. Les jeunes en contrat de professionnalisation ont le statut de salarié dans l’Entreprise.

Type de contrat :

L’apprentissage repose sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier chez l’employeur avec lequel l’apprenti a signé son contrat.

La durée du contrat peut varier de 1 à 3 ans, en fonction du type de profession et de la qualification préparée. Cette durée peut être adaptée pour tenir compte du niveau initial de compétence de l’apprenti.

Une fois que le jeune a conclu son contrat d’apprentissage, il a le statut de salarié et non plus celui d’élève.


Rémunération :

Pour le personnel de moins de 26 ans, la rémunération minimale est fixée en pourcentage du SMIC et du niveau de formation de l’intéressé, soit :

tableau-remunération

Pour le personnel âgé de plus de 26 ans, la rémunération est égale à 85% du minimum conventionnel, sans pouvoir être inférieure au SMIC.

Rémunération :

La rémunération varie selon l’âge du jeune et sa progression dans le ou les cycles de formation faisant l’objet de l’apprentissage. Elle est calculée en pourcentage du SMIC (ou, pour les apprentis de 21 ans et plus, en fonction du salaire minimum conventionnel s’il est plus favorable que le SMIC).