Archives pour la catégorie Actualités

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Visite du lycée des métiers Gustave Eiffel de Varennes sur Seine

Le 13 juin dernier, une délégation du SNCT a été reçue en présence d’industriels du secteur de la chaudronnerie et de la tuyauterie, dans les locaux du lycée Gustave Eiffel de Varennes sur Seine (77).

Cet établissement labellisé « Lycée des Métiers » accueille 120 élèves par an dans les sections de chaudronnerie industrielle.

La proviseure et l’équipe pédagogique ont présenté la section FCIL ICTS (Formation Complémentaire d’Initiative Locale – Intervenants en Chaudronnerie, Tuyauterie et Soudage), qui est proposée depuis 1998.
Cette formation a pour but de préparer les élèves issus d’un bac pro TCI aux interventions sur tuyauteries industrielles répond à une forte demande du bassin économique local.

Les industriels du secteur sont de plus en plus nombreux à manifester leur intérêt pour ce type d’initiative, qui leur permet de recruter des diplômés formés spécifiquement aux travaux de tuyauterie industrielle.

À la demande des industriels et des équipes pédagogiques, le SNCT a soumis un dossier au ministère de l’Éducation nationale dans le but de créer une Mention Complémentaire Soudage de niveau 4 (post Bac).
Les travaux débutent afin de préparer un référentiel qui a pour objectif l’ouverture des premières sections à la rentrée scolaire 2015/2016.

À la suite des échanges qui ont eu lieu lors de la visite du lycée Gustave Eiffel, le SNCT a demandé que les travaux engagés à la CPC (Commissions Professionnelles Consultatives) du ministère de l’éducation nationale portent sur deux mentions complémentaires de niveau 4 :
– MC Soudage,
– MC Tuyauterie industrielle.

Les échanges ont été ponctués d’une visite des ateliers de chaudronnerie industrielle de l’établissement.

Le SNCT remercie l’équipe pédagogique du lycée Gustave Eiffel pour leur accueil et leur investissement dans les formations en chaudronnerie industrielle.

M.W.

DSCN1327

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

5000 emplois à pourvoir dans le secteur de la chaudronnerie-tuyauterie

Invitée par Christine Bouillot dans la matinale du 14 mai 2014 de Sud Radio, Yolande Bufquin, secrétaire générale du SNCT, est intervenue sur la question de l’emploi et de la formation.

Ne manquez pas cette occasion de découvrir nos métiers.

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Les apprentis chaudronniers donnent corps aux arbres de la liberté

À l’occasion des cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du débarquement, trois arbres de la liberté ont été plantés à Ouistreham dans le Calvados, à Utah Beach dans la Manche et à Montormel dans l’Orne. Ces arbres de métal de 6 mètres de haut, qui ont été réalisés par des lycéens et des apprentis bas-normands, portent sur leurs feuilles d’acier les témoignages des vétérans du D-Day : 70 citations des « 70 voix de la liberté » inscrits en français, en anglais, en allemand, et pour l’un des trois arbres en polonais.

Hervé Mazelin, artiste caennais, est à l’origine de ce projet. Les élèves de bac professionnel et de CAP, spécialisés en chaudronnerie et soudage des lycées de Normandie se sont mobilisés pour concevoir les arbres de la liberté. Près de 2,5 tonnes de matière brute sont nécessaires à la construction d’un arbre. D’une hauteur de 6 mètres et d’une envergure de 4,50 mètres, chaque sculpture est constituée de 70 feuilles de couleur. En plaçant leur savoir-faire au service de cette initiative, les apprentis en chaudronnerie ont joué un rôle majeur dans la réalisation des arbres de la liberté. La découpe des feuilles de métal et la soudure de ces dernières sur les tiges leur ont par exemple été confiées.

Les apprentis chaudronniers ont souhaité participer au devoir de mémoire en donnant corps aux arbres de vie. Ces sculptures témoignent autant de leur passion pour un métier exigeant que de leur souhait d’apporter leur contribution aux cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du débarquement

M.W.

arbre_liberte_utah_45 IMG_8032 IMG_8063 IMG_8223

 

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Passion soudure

Emmanuelle Compagnon, une jeune professionnelle de Sirech-Hostier (Gironde) a été distinguée lors de la 3e édition du Prix de la vocation féminine dans l’industrie.

En Aquitaine, les femmes brillent dans les métiers industriels. A tel point que la branche de la métallurgie, en partenariat avec la délégation régionale aux Droits des femmes et à l’Egalité, a mis en place depuis trois ans le Prix de la vocation féminine dans les métiers des entreprises technologiques. Remis à l’occasion de la Semaine d’industrie, le prix met en lumière tout à la fois « la motivation et l’implication » des lauréates et « l’activité des entreprises locales qui investissent dans la mixité au travail et dans l’emploi au féminin dans les métiers à caractère technique ». La sélection se fait sur dossier. Dix lauréates ont été désignées sur les 46 candidates de l’édition 2014. De chaudronnière à ingénieure de production en passant par technicienne d’usinage, le palmarès révèle des parcours exceptionnels voire atypiques mais surtout des battantes à l’image d’Emmanuelle Compagnon, soudeuse chez Sirech-Hostier. C’est en 2009 que cette entreprise emblématique de région bordelaise, spécialisée en chaudronnerie-tuyauterie-structures métalliques, a recruté cette professionnelle, alors âgée de 25 ans. Pas évident de se retrouver du jour au lendemain en atelier ou sur les chantiers dans ce milieu essentiellement masculin. Emmanuelle Compagnon s’est intégrée rapidement grâce à son habileté et à ses compétences de soudeuse. Avide de maîtriser toute la palette technique du métier, la jeune femme a passé avec succès de nombreuses licences pour valider son savoir-faire sur acier et inox. Toujours dans cette optique de progression, elle prépare les examens sur le procédé à l’Arc Electrode Enrobé. Tant de passion et d’énergie pour l’industrie ont convaincu le jury composé de responsables d’entreprise, DRH, représentants de la branche et de l’Etat. Mais la plus impressionnée restera sans doute Emmanuelle Compagnon, qui avouait, au soir de la remise des prix, « Je préfère le masque de soudeur » à l’exercice rituel du commentaire au micro.

 

Les femmes excellent dans les métiers techniques. La 3e édition du Prix de la vocation féminine dans l’industrie l’a encore prouvé. De gauche à droite : Alain Nicol, responsable atelier de Sirech-Hostier ;, Emmanuelle Compagnon, l’un des  dix lauréates 2014, soudeuse chez Sirech-Hostier ;  Adeline Jeanne, DRH Sirech-Hostier ; Frédéric Chabert, président de Sirech-Hostier et Bernard Alarcon, président régional du SNCT.

Les femmes excellent dans les métiers techniques. La 3e édition du Prix de la vocation féminine dans l’industrie l’a encore prouvé. De gauche à droite : Alain Nicol, responsable atelier de Sirech-Hostier ;, Emmanuelle Compagnon, l’un des dix lauréates 2014, soudeuse chez Sirech-Hostier ; Adeline Jeanne, DRH Sirech-Hostier ; Frédéric Chabert, président de Sirech-Hostier et Bernard Alarcon, président régional du SNCT.

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

LES APPRENTIS INGENIEURS MECANIQUE DE POLYTECH’ MONTPELLIER DECOUVRENT LA CHINE

Ce voyage d’études, pour nous, élèves de la filière MSI de Polytech Montpellier a duré quatre semaines, du 27 avril au 24 mai 2014.

C’est le 27 avril 2014, avec un grand enthousiasme, que nous avons décollé en direction de Pékin, la gigantesque capitale chinoise dans laquelle nous avons passé trois jours. Nous nous sommes directement imprégnés de la culture chinoise en visitant des lieux chargés d’histoire : la place Tien’anmen et la Cité Interdite puis une partie de la Grande Muraille et de la cuisine en savourant le célèbre canard laqué.

Nous avons ensuite rejoint Chengdu, la capitale du Sichuan, le 2 mai où nous avons découvert l’université, l’UESTC, qui allait nous accueillir pour le reste de notre séjour. Ce fut aussi notre première rencontre avec les volontaires chinois qui allaient nous faire découvrir leur culture et leur quotidien.

Durant trois semaines, nous avons suivis des cours en anglais à l’université, notamment de mécanique, d’usinage et de culture chinoise. Nous avons aussi participé à des ateliers pratiques, comme la calligraphie chinoise, la cuisine, le taïchi ou le kung-fu, qui nous ont montré quelques aspects de cette vaste culture.

En parallèle, nous avons visité le centre de Chengdu, souvent guidés par nos binômes chinois, et découvert des lieux tels que la Chaumière de Dufu, le centre ville ou le Global Center, le plus grand centre commercial du monde. Nos weekends ont été occupés par de nombreuses visites : le centre dédié aux pandas, le système d’irrigation, des temples bouddhistes et taoïstes, le Bouddha Géant de plus de 70 mètres et le Mont Emei culminant à plus de 3000 mètres.

Ces quatre semaines passées en Chine nous ont permis d’élargir notre vision du monde, d’apprendre à nous adapter et de découvrir une culture totalement différente de la nôtre. Ce séjour a aussi été bénéfique linguistiquement et nous a laissé de très beaux souvenirs. L’ensemble de la promotion 2012-2015 tient à remercier toutes les personnes de l’UESTC pour leur accueil et leur disponibilité ainsi que les membres organisateurs et accompagnateurs de Polytech Montpellier, de l’Université Montpellier 2, du CFA UM2 et la Région Languedoc Roussillon, sans qui cette expérience n’aurait pas été possible

Boisliveau Béranger & Roux Matthias

 

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Un champion nommé Quentin Lafon

La chaudronnerie aquitaine est à l’honneur. Dans la foulée d’une première place au Concours général des métiers, Quentin Lafon, un jeune talent régional, a reçu le prix Saint Vaulry du SNCT.

Quatre-vingt quatre concurrents au départ, un seul à l’arrivée et sur la plus haute marche du podium. Autant dire que le niveau de compétition en chaudronnerie industrielle est plutôt relevé au Concours général des métiers(1). En 2013 c’est Quentin Lafon, apprenti du CFAI de Bordeaux-Bruges, qui a remporté le premier prix dans cette spécialité. Actuellement en formation de Technicien supérieur CRCI, ce grand gaillard de 22 ans a reçu lundi 10 mars à Bruges en Gironde le prix Gérard de Saint Vaulry. Cette distinction, créée pour les as de la chaudronnerie lauréats du Concours général des métiers, porte le nom de l’ancien président du SNCT de 1975 à 1982. Elle a été remise à l’intéressé par Bernard Alarcon, président régional et ce en présence de Yolande Bufquin, secrétaire générale du SNCT. 
« Précis, agiles et inventifs, les chaudronniers développent une expertise qui place leur métier au cœur de l’innovation industrielle […]. Quentin fait vivre cette ambition par sa maîtrise de l’art de la chaudronnerie, sa dextérité et son inventivité », a-t-elle déclaré en s’adressant au lauréat. Gravement blessé récemment dans un accident de la circulation, Quentin Lafon se rétablit progressivement avec la détermination qui le caractérise dans les concours. Car ce jeune professionnel a un tableau de chasse impressionnant : médailles d’or et d’argent aux épreuves départementale et régionale du Concours du meilleur apprenti de France en 2010. Médaille d’or aux sélections régionales des Olympiades des métiers pour le Nord-Pas-de-Calais, ce qui lui vaut une place en finale nationale à Paris en 2011. Médaille d’argent aux Olympiades des métiers pour l’Aquitaine en 2012… 
Une expérience des concours et de la pression qui a permis à Quentin Lafon d’aborder le Concours général l’esprit serein et en confiance. D’abord pour la partie théorique d’une durée de 7 heures et à l’issue de laquelle il ne restait plus que 10 candidats. Ensuite pour la réalisation de la pièce – une gaine de distribution – à livrer dans un délai de 26 heures. « J’ai laissé les gens partir, je l’ai faite tranquillement, quand on se dépêche on fait des bêtises, explique-t-il, attentif au respect scrupuleux des cotes et à la propreté, j’ai mis les gants et j’ai fait bien attention à ne pas laisser de traces, à protéger la pièce et à ne pas la marteler ». Champion assurément. Artiste aussi. A ses heures perdues, Quentin Lafon réalise des objets décoratifs en pièces chaudronnées notamment des chandeliers. De quoi entretenir la flamme.

Christophe Pivert

Quentin Lafon - Champion

Remise de prix le 10 mars au CFAI de Bordeaux-Bruges. Un champion bien entouré. De gauche à droite : Dominique Avril, formateur en chaudronnerie ; François Hervé, responsable unité production ; Philippe Martin, maître d’apprentissage, directeur technique de l’entreprise ARMI ; Gabriel Meyer, président de l’ADAIAQ (Association pour le développement de l’apprentissage industriel en Aquitaine) ; Quentin Lafon, lauréat du prix du SNCT ; Yolande Bufquin, secrétaire générale du SNCT ; Bernard Alarcon, président régional du SNCT ; Luis Coelho-Duarte gérant d’ARMI ;
Fabrice Nicolini, formateur technique.

Remise de prix le 10 mars au CFAI de Bordeaux-Bruges. Un champion bien entouré. De gauche à droite : Dominique Avril, formateur en chaudronnerie ; François Hervé, responsable unité production ; Philippe Martin, maître d’apprentissage, directeur technique de l’entreprise ARMI ; Gabriel Meyer, président de l’ADAIAQ (Association pour le développement de l’apprentissage industriel en Aquitaine) ; Quentin Lafon, lauréat du prix du SNCT ; Yolande Bufquin, secrétaire générale du SNCT ; Bernard Alarcon, président régional du SNCT ; Luis Coelho-Duarte gérant d’ARMI ;
Fabrice Nicolini, formateur technique.

(1) Créé en 1744 pour distinguer les meilleurs élèves de lycées, le Concours général s’est ouvert en 1881 aux disciplines technologiques et en 1995 aux disciplines de l’enseignement professionnel. En 2013, il y avait 2 161 candidats dans les 18 spécialités que compte le Concours général des métiers.

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Worldskills 2015 : Les sélections régionales sont lancées!

Ne manquez pas votre chance de participer à la 43e édition des Olympiades des métiers (Worldskills Compétition). Organisées tous les deux ans, les sélections régionales constituent la première étape du processus de sélection. En France, plus de 7000 jeunes défendront les couleurs de leur métier avec l’espoir d’intégrer l’équipe nationale entre janvier et mai 2014. Pour participer, une seule condition est requise : avoir moins de 23 ans. Le talent sera le

Le coup d’envoi des sélections régionales a été donné le 19 janvier 2014, au Parc des Expositions du Wacken (à Strasbourg) en présence de Michel Guisembert, Président de WorldSkills France, ainsi que de Philippe Richert, Président du Conseil régional d’Alsace.


Concourir à l’Olympiades des métiers est une chance pour les chaudronniers de promouvoir leur savoir-faire et leur expertise au niveau international. Le SNCT souhaite bonne chance à tous les candidats et suivra avec intérêt le déroulement des sélections régionales et nationales.

Retrouvez toutes les dates des sélections régionales en cliquant ici.

Dates clés – WorldSkills Competition 2015

  • Sélections régionales : de janvier à mai 2014, dans 27 régions de France (collectivités d’Outre-Mer inclus)
  • Finales Nationales : du 29 au 31 janvier 2015, à Strasbourg (Alsace)
  • WorldSkills Competition : août 2015, à São Paulo (Brésil)
Chaudronnerie_WorldSkills Competition_Finales Nationales_Clermont-Ferrand_2012_4_-©WorldSkills France

Épreuve de chaudonnerie, finales nationales, 42e édition de la Worldskills Competition, Clermont-Ferrand, 2012. ®WorldSkills France

Pierre Rousseau, épreuve de soudage, finales internationales, 42e édition de la WorldSkills Competition, Leipzig 2013. ®Laurent Bagnis_WorldSkills France

Pierre Rousseau, épreuve de soudage, finales internationales, 42e édition de la WorldSkills Competition, Leipzig 2013. ®Laurent Bagnis_WorldSkills France

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Une nouvelle Mention Complémentaire Soudage, Niveau IV acceptée par le Ministère de l’éducation nationale

Le SNCT a été sollicité par l’académie de Nancy-Metz pour présenter une Mention Complémentaire (MC) soudage au Bac Pro chaudronnier, auprès du ministère de l’Education Nationale. Cette formation a été initiée avec le soutien d’industriels chaudronniers et donneurs d’ordres dans une phase d’expérimentation et pourrait ainsi être ouverte à l’ensemble des académies en s’adressant à des jeunes en apprentissage ou sous statut scolaire.

Lors de la réunion du 16 décembre 2013, le Ministère de l’Education a validé cette MC. Cette année supplémentaire au Bac Pro chaudronnier permettra aux jeunes qui le souhaitent d’approfondir les techniques de plus en plus exigeantes du soudage leur permettant notamment de présenter une qualification, et favorisant ainsi une meilleure insertion dans l’emploi par une compétence certifiée.

Cela ne changera en rien la possibilité pour les professionnels déjà présents dans la vie active  de se former dans le cadre d’un CQPM sur le budget de la formation continue. Cette mention offre une voie complémentaire et indispensable au regard des besoins en recrutement des industriels.
Une enquête, réalisée auprès des entreprises, avait confirmé l’intérêt de la profession pour une telle option.
Le SNCT tient à remercier tous les acteurs qui ont permis la création de cette nouvelle mention.

Y.B.

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Back in the USA

Après une infidélité opérée par la promo précédente qui s’est rendue en Europe de l’Est lors de son voyage d’études, Polytech’ est de retour aux USA avec sa promo MSI 2011-2014.

PHOTO 3

L’ensemble de la promo 2011-2014 devant LETU

LES COWBOYS TEXANS

Le rendez-vous est donné le 13 novembre 2013 à 5h30 à l’aéroport de Montpellier. Deux avions et 13h de vol plus tard, nous posons enfin les pieds sur le sol Américain à l’aéroport international de Dallas. Le choc des cultures nous saute à la figure ! Exit les Ford Fiesta et autres Renault Clio, nous sommes au pays des Pickups surélevés et des muscle cars ! Michael, un étudiant Américain nous attend et nous guide jusqu’à Longview, fief de LeTourneau University, l’une des deux universités qui enseigne l’ingénierie du soudage aux USA. Les présentations avec nos hôtes sont brèves, demain sera un autre jour !

Pendant deux jours, nous jonglons entre conférences menées par les étudiants, visite d’une entreprise locale et travaux pratiques à l’atelier de soudage. Les moments de temps libre sont l’occasion d’opposer les nations au cours de rencontres sportives et de découvrir les passions de nos hôtes américains, pour la plupart, amateurs de grosses cylindrées.

Visite d’une entreprise produisant ces « petites machines» (Joy Global Inc.)

Visite d’une entreprise produisant ces « petites machines» (Joy Global Inc.)


CHICAGO : THE WINDY CITY

Samedi 16 Novembre, 5h30, il est temps de laisser le Texas et son extravagance derrière nous pour retrouver une civilisation plus urbaine.

Après deux heures de vol, nous atterrissons dans le brouillard le plus total à Chicago. Malgré le mauvais temps, d’immenses tours se dessinent à l’horizon. Attirés par ces étranges constructions, nous prenons la direction de « Downtown Chicago », où nous établirons notre camp de base dans une auberge de « jeunesse » (pas si jeune que ça) pour la semaine à venir. Ici, les voitures sont plus « Européennes », ce qui n’est pas le cas des buildings. Règne ici la folie des grandeurs à l’américaine avec en point d’orgue, la Willis Tower: 527m et 48 secondes pour atteindre le 103e étage ! Mais là n’est pas l’objet de notre visite dans l’Illinois. Lundi aux aurores, et pendant trois jours consécutifs, nous nous rendons au plus grand salon du travail des métaux d’Amérique du Nord : Fabtech !
PHOTO 5
PHOTO 6

S’opposent ici, dans un combat d’inventivité et d’innovation, robots et machines-outils qui découpent, soudent, plient et manipulent. En tant qu’apprenti ingénieur, c’est l’endroit rêvé pour glaner des informations sur les technologies de demain qui feront la force de nos entreprises respectives.

En fin de journée, les sacoches promotionnelles remplies de cartes de visite et autres échantillons, c’est sereinement que nous nous retournons vers le centre-ville pour vaquer à des occupations variées : musées, photos, rencontres sportives, « gastronomie » locale et bien sûr, comme tout bon touristes, shopping ! Vendredi 22 novembre, 13h15, il est « déjà » l’heure de prendre un vol vers l’est en direction de la France ! Les corps et les esprits fatigués, mais les têtes remplies de souvenirs impérissables d’un voyage unique en son genre, nous nous posons le lendemain là où nous nous sommes retrouvés à 5h30 dix jours plus tôt.

Nous tenons à remercier tout particulièrement les professeurs qui nous ont accompagnés (et supportés?) avant et pendant ce voyage: Madame Marchal et Messieurs Soulié, Cervellin et Benoit. Nous remercions également l’école Polytech Montpellier, ainsi que l’ensemble des enseignants et étudiants de LETU pour leur accueil des plus chaleureux.

Auteurs : Martianne Truchet, Thomas Regourd, Anthony Lamon, & Thibaud Multon

 

Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Prix Gérard de Saint-Vaulry

3.

Le 28 novembre 2013 a eu lieu la 15e cérémonie de remise du prix Gérard de Saint Vaulry à la Maison de la mécanique. Cette distinction, qui est décernée chaque année aux lauréats du concours général des métiers de la spécialité « Technicien en Chaudronnerie Industrielle », est le symbole de la politique de collaboration entre le SNCT et le Ministère de l’éducation nationale.

En 2013, 84 candidats se sont présentés à l’épreuve de « Technicien en Chaudronnerie Industrielle ». Les 10 candidats retenus à l’issue de l’épreuve écrite ont ensuite réalisé, à partir d’un dossier technique, un ensemble « gaine de distribution » en respectant les spécifications des plans et les règles d’hygiène et de sécurité. Chaque pièce a ensuite été analysée dans son ensemble puis point par point afin de vérifier la qualité du travail réalisé. Le jury composé à parité d’enseignants et de professionnels qualifiés et présidé par l’Inspecteur de l’académie de Caen, délégué par Monsieur Rage a ainsi souhaité distinguer :

  • M. Quentin LAFON – CFAI de Bruges (33)
  • M. Julien MAREC – CFA Itibanor du Calvados et de la Manche de Caen (14)
  • M. Eddy FRODE DE LA FORÊT – Lycée Professionnel Edmond Doucet à Equeurdreville-Hainneville (50).

Le SNCT a également souhaité récompenser leur maîtrise des techniques de la chaudronnerie en leur remettant le prix Gérard de Saint Vaulry.

Contribuer à la reconnaissance de la formation de chaudronnier-tuyauteur est en effet l’une des missions essentielles du syndicat. En collaboration avec les enseignants, « nous souhaitons mettre en place des actions destinées à faciliter l’insertion des chaudronniers et des tuyauteurs au sein des secteurs industriels les plus compétitifs ».

Pour que chacun puisse admirer le travail réalisé par Quentin Lafon, Julien Marec et Eddy Frode de la Forêt, la gaine de distribution primée sera exposée à la Maison de la Mécanique jusqu’au 1er février 2014.

S.D.