Timeline

La chaudronnerie dans le temps

Article Sélectionné

Objectif formation : direction l’aventure des métiers !

Cette année encore, le SNCT était présent lors du salon de l’éducation. Sous la bannière commune « des industries technologiques », un espace de 130m² a accueilli quatre jours durant les jeunes pour leur faire découvrir les perspectives d’emploi et de carrières dans la mécanique.

4 professions de la mécanique adhérentes de la FIM étaient présentes sur le stand :

– la mécatronique (roulements, transmissions de puissance, étanchéité) avec Artema

– les équipements de manutention et de travaux publics avec le Cisma

– les équipements énergétiques avec FIM-Énergétique

– les technologies de production avec le Symop / Tech2Prod

 La participation du SNCT au salon de l’éducation permet d’assurer une promotion efficace des métiers de la chaudronnerie et de sensibiliser les étudiants aux opportunités professionnelles du ce secteur industriel. En effet, les entreprises continuent d’avoir des besoins de recrutement élevés et ce phénomène devrait même s’amplifier dans les années à venir. Si tous les métiers sont concernés par les besoins en recrutement du secteur, les opérateurs qualifiés, les ingénieurs et les cadres techniques sont particulièrement recherchés. Dans les années à venir, les entreprises recruteront de plus en plus de candidats qualifiés. Pour la filière chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle a besoin de 5 000 ouvriers qualifiés, techniciens ou ingénieurs par an. Le métier de chaudronnier-tuyauteur présente de multiples facettes : réalisation des structures et/ou réseaux de tuyauteries métalliques à partir de plans, modélisation des pièces en 3D sur ordinateur, assemblages, tout cela dans le respect des exigences qualité, de sécurité et d’environnement et de contrôle des pièces. Au-delà de telles facilités manuelles, le chaudronnier-tuyauteur doit avoir un esprit logique et scientifique pour lire des plans, tracer en développé, appréhender le soudage, le découpage, le traçage et l’usinage ou encore connaître les matériaux utilisés.

 Pour présenter ces opportunités, les représentants du SNCT ont été accompagnés par des enseignants et un étudiant du lycée Gustave Eiffel, ainsi que par les lauréats du concours général des métiers de la spécialité « technicien en chaudronnerie industrielle ». À l’occasion du salon, les étudiants ont également été invités à tester leur habilité et leur capacité de concentration sur une machine de simulation de soudage (mise à disposition par la société Lincoln Electric France). Ces qualités sont de fait primordiales pour exercer le métier de soudeur.

 Les formations pour devenir chaudronnier sont souvent proposées en alternance. Yolande Bufquin, secrétaire générale du SNCT et secrétaire du Comité FER de la FIM rappelle en effet que  « les entreprises de la mécanique accordent une place de plus en plus importante à l’alternance en général et à l’apprentissage en particulier qui est devenu un outil de pré-recrutement. La relation tuteur/apprenti permet de transmettre au mieux les savoir-faire ». L’apprentissage est un moyen de former un jeune non seulement à un métier, mais également à la culture de l’entreprise.

Chaque année, les organisations professionnelles et les industriels se mobilisent pour faire connaître leurs métiers et promouvoir l’image de l’industrie auprès du grand public. L’ Aventure des métiers constitue en ce sens un moment privilégié pour faire découvrir le secteur de la chaudronnerie. Le SNCT attend avec impatience l’édition 2015 du salon de l’éducation !

 

photo 2